Museo di Triora 5 Sorcellerie

Sorcellerie

À la frontière entre le monde connu et inconnu.

3

La chasse aux sorcières de Triora : sujets d’une tragédie

Vous plongez ici dans quelques sujets liés à la vision millénariste de plusieurs conditions humaines : le besoin de guérir les gens sans passer par la médecine officielle, le désir d’être maître du bien et du mal jusqu’à la création de la peur de la sorcière. Un phénomène complexe. À Triora, de 1587 à 1589, la peur de la sorcière a créé une condition horrible dans une communauté et ensuite dans l’intérieur de l’actuelle Ligurie. Une affaire connue et étudiée, qui fait de Triora une ville martyre de la suspicion. Entrons maintenant dans les conditions et la mentalité de l’époque et de l’événement.

 

En savoir plus

1587 : une communauté qui vivait de la gestion d’un vaste territoire productif a connu deux années de mauvaises récoltes. Il n’y a pas d’autre explication que l’inconnu. Le parlement de la communauté pense à un mauvais sort et se tourne vers les autorités civiles et religieuses.

La justice civile à cette époque n’était pas seule. Il y avait aussi la justice religieuse et c’est dans ce domaine que la division des enquêtes est mince.

L’Inquisiteur de la République de Gênes et l’Inquisiteur du diocèse d’Albenga, Girolamo dal Pozzo, arrivent dans la ville. La ville paie pour leur présence.

Girolamo dal Pozzo : formé dans une culture de réforme religieuse sévère, construit dans des décennies de préjugés est un chasseur de personnes. Soupçon, rumeur, jalousie. Torture. Il s’en prend à trente femmes, filles et même un garçon qui pourrait être excentrique pour la Communauté.

Isotta Stella : meurt sous la torture. Vous découvrirez lesquelles à Triora. Ceux qui viennent en visite peuvent les éviter. Ces femmes, non. Isotta venait d’une famille aisée. La suspicion ne sauve personne.

La femme inconnue : désespérée, elle se tue en sautant par la fenêtre. Sur la place de l’église. Son nom n’est pas connu, et on dit que le Diable l’a appelée. On ne juge pas.

1588 : les mêmes représentants de la Commune qui ont demandé une enquête et exposé financièrement la Communauté, demandent maintenant la retenue des autorités civiles et religieuses. La situation est hors de contrôle. Il n’y a plus de sécurité pour personne.

L’inquisiteur en chef de Gênes : la nullité. Quelques libérations de prison, peut-être au hasard.

Giulio Scribani ou, dans le style génois, De Scribani : aujourd’hui il serait soumis à une expertise psychiatrique, mais c’est un enfant de son temps et de sa culture. Un commissaire génois qui a vu et cherché des sorcières et des sorciers sur tout le territoire, même au-delà de Triora. Il pense à des crimes terribles, démoniaques et maniaques. Il organise des tortures sans fin. Il a condamné quatre femmes à être brûlées sur le bûcher.

Franchetta Borelli : une femme sous enquête qui se sait innocente. Issue d’une famille aisée, elle est rançonnée par un parent qui est lié aux mêmes représentants de la municipalité qui ont demandé aux inquisiteurs d’intervenir. Elle s’échappe, est capturée. Elle est torturée pendant longtemps : il y a tout un enregistrement d’un interrogatoire dans lequel on torture son corps, mais pas son esprit. Elle résiste, discute avec ses bourreaux, parle de la campagne et de la nourriture et parvient même à être ironique.

Les agences gouvernementales génoises : distantes et craintives. Ils tentent d’étouffer une situation qui échappe à tout contrôle.

Serafino Petrozzi : habile juriste génois, il conteste le travail de Scribani, mais confirme les condamnations à l’incinération. Il pose des questions à ceux qui ne les posent pas.

Le Père Inquisiteur de Gênes représente l’Inquisition de Rome. Il sait qu’il sait. Il peut juger de la sorcellerie, lui seul. Il envoie les femmes condamnées à Gênes, avec d’autres. De cette façon, il sauve les femmes de la suspicion locale.

Davide Vacca : Doge de Gênes. Il comprend qu’il est temps de mettre un terme à l’affaire et demande aux autorités religieuses suprêmes de mettre fin au procès.

1589 : Le procès prend fin. Il est possible que les prisonniers génois soient libérés. Il n’y a pas eu d’incendie, mais la communauté de Triora ne sera pas facilement restaurée. Elle restera le lieu des non-dits.

Giulio Scribani : il a outrepassé son mandat, s’occupant de questions religieuses et non civiles. Il sera également excommunié. Qui sait s’il a compris que le christianisme est fait de miséricorde et de dialogue ?

3

L’ethnomédecine. Soins non officiels, la nécessité d’une approche différente

Au fil des millénaires, l’homme a développé une connaissance de la nature. La nécessité de la chasse et de la cueillette a survécu pendant des siècles. La seule connaissance de la médecine « populaire » est parvenue jusqu’à nous, presque intacte, malgré la condamnation des remèdes de femmes solitaires ou entreprenantes, de personnages obscurs et silencieux, alors souvent identifiés comme un danger sournois pour la Communauté. Le besoin de naturel dans le monde d’aujourd’hui est aussi l’enfant de cette condition d’il y a des milliers d’années. Même la préparation d’une tisane avec de la mélisse cueillie à la campagne peut devenir une pratique chargée de significations archaïques.

3

Le chaman qui est en nous

La visite de Triora et de son système de musées met beaucoup de choses en lumière. La part de l’inconnu. Cela pourrait être une question d’atmosphère, bien sûr. Les pierres, les silences, les espaces infinis, le contact direct avec la nature. Tout cela fait partie d’une conception complexe et articulée.

Vous êtes dans le monde alpin, où la dimension magique dure longtemps, nous rejoint. Toutes les cultures du monde, même les religions les plus récentes, présentent des éléments d’un savoir commun. Les personnages fondamentaux sont ceux qui se tiennent entre le monde des vivants et le monde des morts.

Pensez à la figure du chaman : guérisseur, mais aussi capable de créer des malédictions, devin, homme au-delà de l’homme.

Ici, dans les murs qui ont vu la captivité des prétendues sorcières de Triora, vous ferez immédiatement connaissance avec les propriétés et les objets qui, dans le monde entier, servent ceux qui sont au-delà des pouvoirs de l’Homme, noir ou blanc, positif ou négatif.

3

Femme, donc…

La reconstitution du drame des procès de sorcellerie à Triora entre 1587 et 1588 met en évidence la figure de la femme. Dans le parcours humain, la femme est la Terre, elle est le parent, elle est la Mère totale initiale. Ici, au contact d’une Nature non corrompue, on comprend. Et nous allons au-delà, dans le temps, dans l’espace.

Des cultures anciennes aux figures féminines dominantes de l’Antiquité, habillées de mystère. Hécate, Isis, Diane / Artémis. Le stryx du monde romain précède la « sorcière » près de nous. La figure féminine est déformée, regardée avec suspicion, à un niveau populaire et au-delà. Les caractéristiques de l’âme féminine sont mal comprises. Ils sont là, ces morts suspectes, la série interminable d’enfants qui meurent sans raison apparente.

Aujourd’hui, la science apporte des réponses, mais il fut un temps où les réponses pouvaient/devaient être différentes. Beaucoup, même ici à Triora, pouvaient connaître les arts magiques et l’alchimie, mais les accusations ont atteint ceux qui ne pouvaient peut-être pas se défendre. Des femmes, et quelques hommes excentriques. La figure lugubre du Diable, du mal absolu, de ses transformations, de la sexualité non joyeuse : l’impossible rendu possible, comme voler la nuit. Même un simple balai sur une porte à Triora est un souvenir.

En entrant dans la maison, il peut donc y avoir un miroir devant vous, contre les sorcières : la sorcière a peur d’elle-même. Le saviez-vous ?

3

Dominae Herbarum… Dames des herbes

Dans ces régions, à divers endroits, on trouve le mythe devenu réalité de la Maitó… celle qui juge et gouverne. Le rôle de la femme qui marche, qui rassemble. Et qui sait. La Grande Mère. Le personnage clé est aussi celui des systèmes familiaux.

Une femme qui peut être seule, mais si elle est seule, elle est en danger. Parce qu’elle le sait. Les générations se sont transmises, mot à mot, tout ce dont vous avez besoin pour vivre au milieu de la nature. Même les peuples dits « primitifs » en savent plus que nous sur l’efficacité ou la dangerosité d’une plante ou d’un champignon.

Si vous n’avez jamais vécu à la campagne, vous pouvez commencer à comprendre ici. Il suffit de suivre une odeur, de regarder en l’air, de bouger le bois. Essayez et croyez.