Museo di Triora 5 Territoires

Territoires

Là où la nature reste intacte depuis 10 000 ans.

3

Dans les bois

Le territoire municipal de Triora s’étend sur près de 70 kilomètres carrés. Donc, 10 000 terrains de football ou de rugby. Autant si le territoire était plat. En réalité, il n’est pas plat du tout et il y en a donc beaucoup, beaucoup plus. En pente. Plus d’un quart de cet espace est aujourd’hui occupé par des forêts. Il n’en a pas toujours été ainsi, car les bois progressent aujourd’hui à mesure que l’agriculture de montagne est abandonnée.

Il y a cinq cents ans, les statuts de Triora parlaient de bois qui n’étaient pas étendus. En fait, au cours des siècles précédents, beaucoup de bois avait été coupé pour la construction navale dans les centres côtiers et au-delà, évidemment Gênes et peut-être Pise. L’homme est intervenu ici. Il a changé le bois et l’a travaillé.

Les mélèzes du précieux bois de Gerbonte (forêt domaniale, donc propriété de l’État, depuis 1890) ont été introduits, ils ne sont pas d’origine ligure. Le bois était généralement de propriété publique et était régulièrement loué pour le bois.

En savoir plus

La population locale, de Triora et des villes autour de Triora, pouvait ramasser la couche de feuilles sur le sol, utile dans les écuries, ou le bois tombé et sec nécessaire pour le feu à la maison, qui brûlait tous les jours et toute la journée. Dans la cuisine, pour se chauffer et cuisiner.

Les bois ont toujours été considérés comme différents en fonction de leurs arbres et donc de leur valeur. Tout d’abord, on parle de grandes forêts, avec des mélèzes et des hêtres. Ensuite, on parle de taillis, avec des hêtres, des chênes, des charmes et quelques châtaigniers. Les arbres sont dénudés en hiver. Enfin, il y a la forêt mixte avec des chênes pubescents.

Dans les forêts de moindre valeur, on trouve des noisetiers sauvages, utiles pour la fibre végétale utilisée pour fabriquer des paniers et pour les feuilles utilisées comme fourrage d’hiver pour les animaux. Les glands des chênes nourrissent les cochons, qui sont bien représentés. La forêt était vivante et devait l’être, de nombreuses personnes y vivant, surtout en été. Ils y travaillent.

Les métiers de la forêt dépendent des arbres : les grands arbres sont utilisés pour la construction navale, le génie civil et la charpenterie. Ils sont coupés à partir de mai. Les autres arbres sont utilisés pour faire du charbon de bois, du charbon de bois dans les espaces des charbonniers. Ils sont alimentés par le calcaire du feu et on obtient de la chaux. Des outils pour la maison et la campagne sont produits.

Dans les bois circulaient les vigiles municipaux, les campari, tout comme nous rencontrons aujourd’hui les Carabinieri Forestali. Des haches de toutes tailles et, enfin, de grandes scies poussées à la force des bras, avant les tronçonneuses : ce sont les outils symboliques de la forêt, avec les coupes organisées de 150 ans à nos jours.

3

L’ensemencement d’un champ

Si vous possédez un espace, utilisez-le. En Ligurie et à Triora, c’est toujours la façon de faire. Même s’il n’y a pas d’espace, il est créé par des terrasses. Le terrain est soutenu par des milliers de mètres cubes de murs construits uniquement avec de la pierre et de la terre. C’est ce que l’on fait ici depuis des siècles. Le savoir-faire méditerranéen, un patrimoine immatériel de l’humanité pour l’UNESCO.

Dans cette région, vous pouvez voir la mer, la plage, mais dans le passé, cette région signifiait que des gens vivaient dans des endroits comme ceux-ci, à Triora. Et ils cultivent, dans des endroits élevés, en surmontant la pente. Une action humaine primordiale est réalisée : l’ensemencement. C’est ainsi que sont créées les terres dites “arables” : simplement ou avec des arbres (“Arborati”) ou avec l’utilisation de l’eau (“Irrigui”). Le monde des semailles est le monde principal de Triora depuis des siècles. Le nom même de Triora pourrait dériver de Triticum : le blé.

Triora a son propre musée avec tout ce qui est nécessaire à l’agriculture arable. Il y a des cultures près des villages, même dans les hameaux actuels : à Villaro, et à Cetta, Creppo, Goina et même plus haut dans la zone de Gerbonte et même au-dessus de Verdeggia, à 1000 m d’altitude, dans des zones qui ont été pendant des siècles au centre de disputes avec les habitants voisins de Briga.

En savoir plus

Pendant longtemps, on a produit du blé tendre plutôt que du blé dur (le premier est bon pour faire du pain ou des pâtes fraîches, le second pour faire des pâtes sèches). Et puis des céréales dites “mineures”, mais très importantes pour l’alimentation locale : seigle, épeautre, millet et même orge. En outre, les légumineuses poussent : fèves et haricots. Et des légumes tels que les navets.

Le safran est une caractéristique unique mentionnée dans les lois locales (Statuti) il y a cinq cents ans. En fait, il s’agit d’une épice, d’origine moyen-orientale, cultivée ici pour un commerce qui pouvait apporter d’importantes richesses. Aujourd’hui encore, elle est très chère : elle vaut autant que l’or. De plus, chaque plante est récoltée pour ses fleurs. Il est clair que la terre ne doit pas toujours être semée de la même manière.

Les semis sont alternés, et il y a 120 ans, il était possible de semer, en quatre ans, d’abord du blé, puis du blé la deuxième année (on appelle cela “ressemer”), ensuite de l’orge et enfin des pommes de terre. La pomme de terre est un produit d’origine américaine, longtemps peu populaire en Europe, mais dans des endroits comme Triora, il y a deux cents ans, elle est devenue très populaire et a remplacé le navet.

Le sol nécessite un travail important. Grâce aux observations agricoles du début du 20e siècle, nous savons qu’une parcelle ensemencée avec 25 kg de blé nécessitait d’abord 55 jours de binage. Le sol était travaillé jusqu’à une profondeur de 35 cm. (plus large que la plus longue règle que vous avez apportée à l’école).

Lorsque les premières plantules ont émergé, les femmes ont travaillé pendant un mois avec la houe et pendant 15 jours à la main pour enlever toutes les mauvaises herbes. La récolte prenait 12 jours. Les épis étaient rassemblés en gerbes et séchés au soleil. Le grain de blé était ensuite séparé du reste par battage dans les cours de ferme des villages, sur une surface rendue aussi lisse que possible. Des bâtons attachés à des lanières de cuir (Corregge) étaient utilisés.

La terre pouvait également être labourée par des bœufs tirant une charrue, mais il n’était pas si courant de disposer d’un équipement complet. Avec l’arrivée des pommes de terre, les terres étaient également fertilisées avec du fumier tous les quatre ans. Même en haute altitude, on utilise le fumier des animaux qui ont passé l’été sur les alpages. La fertilisation est utile pour faciliter la croissance des pommes de terre, qui nécessitent moins de soins pour le désherbage.

Dans les terres arables dites arboricoles, on trouve des vignes, souvent au bord des terrasses, afin de ne pas gaspiller un seul centimètre de sol. Les haricots poussent mieux près de l’eau, surtout depuis l’arrivée de toutes les nouvelles variétés d’Amérique. Les observations faites il y a environ 100 ans indiquent une production de 88 kilos de haricots sur une parcelle de 740 mètres carrés. En d’autres termes, un quintal de haricots sur un terrain de la taille de huit appartements modernes de taille moyenne.

Lorsqu’on vit à proximité d’une terre arable, on doit travailler autant de jours pour cultiver. S’ils sont éloignés de la maison habituelle, les gens s’installent dans les zones rurales. C’est plus ou moins la même chose, le climat est estival mais frais. La fatigue reste élevée.

3

La vie dans les prairies

Si vous voyez aujourd’hui une belle prairie, avec de l’herbe coupée, près de la forêt, peut-être exposée au soleil, vous pensez immédiatement à faire un pique-nique, un barbecue et à l’utiliser comme terrain de jeu. Juste vous. Pendant des siècles, ce n’était pas le cas.

Cette herbe avait beaucoup plus de valeur. L’herbe devait être coupée chaque année car, une fois séchée, elle servait de fourrage pour l’hiver. À Triora, en effet, étaient stationnés des troupeaux de bovins dans lesquels les familles les plus riches investissaient de l’argent.

Des troupeaux de moutons passaient également par Triora. Des milliers d’entre eux. Ils avaient tous besoin de manger quand il n’y avait plus d’herbe d’été dans les pâturages. L’herbe coupée dans les prairies est de qualité différente, en fonction des espèces végétales présentes.

La qualité de l’herbe varie également en fonction de l’altitude de la prairie.

Il y a des prairies “commodes”, proches des zones habitées et d’autres plus éloignées, dans des endroits élevés, dont la qualité est légendaire au moins localement (Arpiglia, Ravin). Les prés étaient généralement gérés par la municipalité, ainsi que par des organismes religieux et, plus tard, par des particuliers, qui les louaient.

En savoir plus

Les opérations de récolte étaient effectuées au cours du mois d’août. Par exemple, un hectare et demi de prairie, soit pratiquement deux terrains de football, pouvait être très bien fauché en huit jours de travail.

Et ce, s’il n’y avait que quelques tondeuses. Plus d’herbe, plus de tondeuses. Avec quelques outils pour des siècles d’efficacité, que vous pouvez découvrir dans le musée. Il suffit de dire que chaque ouvrier portait sur lui au moins trois ou quatre lames, qu’il changeait chaque fois que l’une d’elles coupait moins.

Le foin produit a été transporté vers des sites couverts et sûrs. C’était une époque de grand trafic de mules, faisant plusieurs allers-retours par jour, bien que plus récemment des téléphériques aient été installés. Les prairies ont ensuite été observées, entretenues tout au long de l’année, lorsqu’il était nécessaire de dégager les arbustes qui auraient autrement pris la place de l’herbe.

En travaillant sur les prairies les plus isolées, il fallait s’installer avec toute la famille dans des cabanes en briques, vivant en contact absolu avec la nature. C’était la vie de la prairie. La nuit, peu de lumière, les étoiles et les rêves en regardant les lumières lointaines de Triora ou même des villages plus lointains si ce n’est des colonies le long de la côte.

3

Le pâturage, pendant mille et un ans

L’histoire de Triora et de son territoire comprend des personnes qui peuvent sembler être des sans-abris. Les bergers. L’élevage à Triora a toujours été très important. Ceux qui avaient de l’argent investissaient dans l’achat de bétail. Tout le monde avait au moins une chèvre : cela signifiait du lait frais, du beurre et un peu de fromage. Triora se trouve sur le parcours de deux étapes fondamentales dans la vie annuelle d’un éleveur de moutons, car c’est un passage obligé pour descendre ou monter à l’estive.

Autour de Triora, à 800/1000 mètres au-dessus du niveau de la mer, se trouve une étape intermédiaire. En été, les animaux restent sur des terrains encore plus élevés. C’est “l’Alpe”. Des lieux contrôlés et gérés par la Communauté, loués. Ils pratiquaient le “Debbio”, en mettant le feu aux espaces pour brûler les arbustes gênants, croyant ainsi améliorer le rendement du sol.

Au fil des siècles, et même depuis plus de 2000 ans, le nombre de moutons se distingue. Il a atteint plus de 50 000, il y a environ 100 ans. La région de Triora ressemble à un stade rempli de moutons, à guichets fermés pour un grand match. Bruyant, avec des bêlements, des cloches de vache et des chiens de berger. Les arbitres sont les bergers eux-mêmes, souvent regroupés en groupes opérationnels. Ils sont tous ou presque tous d’origine Brigasca. Ils ne sont pas de Triora, mais de la région qui borde Triora en direction de l’actuelle France.

En savoir plus

Aujourd’hui, la municipalité de Triora, avec le territoire de Realdo, comprend une partie de ce qui était autrefois la région de Briga, des deux côtés des sommets alpins. Une fois de plus, un système de frontières de montagne a été défini, ce qui est différent de notre vision actuelle.

Pendant 800 ans et jusqu’au siècle dernier, dans les alpages, une idée d’utilisation commune de l’espace a survécu, donnée pour certaines années à Briga et pour d’autres à Triora, par exemple. Bien sûr, il y a eu des disputes, aussi parce qu’avec le temps, des intérêts privés ou des influences politiques de l’État (Gênes, Savoie) sont apparus. Finalement, un personnage très important, l’abbé de Servient, neveu du puissant roi de France, Louis XVI… le “Roi Soleil”… donne raison à tout le monde. C’était en 1670 et des documents datant d’il y a cent ans font encore référence à cette mesure. En gros, c’était comme donner le ballon à Briga et Triora.

Entre-temps, les bergers ont fabriqué du fromage et tondu les moutons près de Triora avant de monter sur les hauteurs. La laine était traitée dans des fermes locales. On monte sur les hauts pâturages le 11 juin, jour de la Saint Barnabé, l’un des principaux saints “ligures”. On descend le premier septembre. Tout cela en un seul jour.

Le musée contient des objets de la vie du berger, de la gestion du bétail, des moutons et des chèvres. Même si cela signifie emmener les chèvres du village dans un pâturage voisin. Les garçons de chaque district se relaient pour veiller à ce que les animaux voraces ne fassent pas de dégâts. Ils mangent tout. Et puis le soir, dès que chaque chèvre est dans le village, elle trouve sa propre étable.

3

La châtaigneraie : une ressource pour tous

Certains objets du parcours du musée de Triora peuvent être liés au monde fantastique du châtaignier. La châtaigneraie est l’une des principales ressources de la ville. Il était une fois. Les enquêtes économiques sur les forêts, réalisées il y a un peu plus de cent ans, parlent toujours de châtaigniers définis comme “anciens”. On en trouve encore dans la région : troncs colossaux, branches interminables. Ces arbres étaient, seraient, très productifs. Vingt arbres adultes donnent 180 kg de châtaignes.

Toutes les châtaignes ne sont pas les mêmes. Les gens du coin les connaissent : les châtaignes de Triora, par exemple…

En savoir plus

Les arbres ont été soignés, taillés, nettoyés. Le sol en dessous est dégagé : au printemps, on y emmène les vaches paître. Les arbustes éventuels étaient enlevés avec de puissantes houes. La récolte était souvent effectuée par les femmes : en une journée, une personne pouvait récolter environ 50 kg de châtaignes.

Il suffit de penser aux propos tenus par Enrichetta Borelli alors qu’elle était torturée en 1587 parce qu’on la prenait pour une sorcière. Le vent sifflait et elle savait que ce n’était pas bon pour les châtaignes.

Par la suite, elle a parlé de ce fruit avec un réel désir. Sur le plaisir de les cueillir. Elle avait une connaissance approfondie du sujet. Les châtaignes étaient ensuite séchées dans des bâtiments spécialement conçus à cet effet. Toujours des braises brûlantes au rez-de-chaussée et des châtaignes sur l’étagère supérieure perforée. Il fallait donc être là pendant… un mois à chaque chargement de châtaignes. Il fallait ensuite enlever les peaux et stocker les châtaignes dans la maison, prêtes à être consommées. Tous les jours. Avec du lait de chèvre chaud, par exemple.

D’autres châtaignes étaient broyées dans les moulins locaux : la farine de châtaigne, donc, qui est très prisée aujourd’hui. Il faut aussi aller chercher les anciens endroits où l’on séchait les châtaignes, ainsi que les récolter, car après trois passages des propriétaires, n’importe qui pouvait les prendre. Et vous n’avez même pas jeté les feuilles séchées, qui étaient destinées aux écuries. Merveilleux alezan.

3

La vigne : une heureuse nécessité

Plongez dans le passé de Triora et découvrez que le vignoble était bien entretenu et répandu. Ici aussi, le temps semble s’être arrêté.

Le territoire de Triora est en moyenne très élevé et semble peu adapté à la culture de la vigne. Cependant, il s’agit de l’une des premières activités agricoles connues des Liguriens, avec la culture des céréales. Il était bien préférable de boire du vin, jeune, léger, plutôt que de l’eau qu’il n’était pas toujours facile d’avoir à disposition et propre.

La cave est sous la maison, l’eau n’atteint pas la maison. Dans le passé, bien sûr. Même dans un climat plus froid qu’aujourd’hui, les vignes ne manquaient pas. Les documents, même les plus anciens, sont éloquents : en 1531, toute la podestrie de Triora, qui comprenait également des centres importants comme Molini et l’actuel Castelvittorio, avait une production de vin à la hauteur des besoins locaux.

Le vignoble a également été renouvelé après la désastreuse infection par le phylloxéra il y a environ 140 ans. Tout a été replanté et le travail a été fait : une vigne de mille pieds a produit 5 quintaux de raisin. La quantité est recherchée, les vignes sont binées à la main en un mois et une moyenne de huit traitements par saison est effectuée avec du cuivre et du soufre.

Le symbole le plus ” récent ” de ce travail est la pompe à dos : poids et effort. Ah, entre une rangée et l’autre, quelque chose était cultivé, peut-être des fèves. Aucune terre n’a été gaspillée. Le cépage préféré (l’espèce de vigne) était et est toujours, pour le territoire de la commune voisine de Molini, Ormeasco : le dolcetto, mais de type ligure, regardez, on sent la mer à proximité.

3

Un monde blanc, un monde de lait

Aujourd’hui, à Triora, vous pouvez encore déguster et acheter d’excellents fromages. S’il y a des pâturages, au printemps et en été, il y a du lait. Vaches, moutons, chèvres. Cela signifie du lait frais à consommer, la production traditionnelle de beurre et, encore aujourd’hui, de fromage.

La région de Ligurie (Triora est en Ligurie) définit soigneusement les produits régionaux typiques. Beaucoup d’entre eux sont liés à Triora, précisément parce qu’ils sont liés à la production traditionnelle de lait. Ils sont surtout produits dans la “malga”, au printemps et en été, lorsque les troupeaux montent aux alpages. Fromages et fromages à base de lait de brebis, de chèvre et de vache. Pour tous, parfum et fraîcheur, notes d’herbe et de fleurs de montagne.

Parmi tous, le savoureux brussu, une ricotta fermentée à base de lait de brebis, se distingue. Il y a ensuite la sora et la toma, toujours liées à la production de lait des brebis de Brigasque. Il y a des siècles et des siècles d’échanges culturels dans ces noms : nous parlons de fromages qui sont nés dans un monde à la fois ligure et piémontais. En plus, alpine, dans cette singularité du mouton “brigasca”.

Aujourd’hui, une partie de l’ancienne municipalité italienne de Briga se trouve sur le territoire de Triora. L’espace alpin est toutefois de plus en plus dépourvu de véritables frontières. Aujourd’hui, il n’y a plus de milliers de moutons, comme c’était le cas au 20e siècle. Aujourd’hui, il n’y a plus de chèvres dans chaque étable du village, ce qui signifiait du lait frais tous les jours et le pâturage des bêtes près des villages sous le contrôle des garçons du village, jamais le même, car vivre libre à la campagne est une belle chose. C’est ce que Triora nous enseigne. Et goûter les fromages…

3

Habiter un monde sauvage

Creppo, Bregalla, Loreto, Cetta, Goina, Verdeggia… Borgosozzo, Foresto, Pian del Vescovo, Masseria, Cianfregheo, Barche, Cà Bruciata, Fasciarengo, Pian Pagliai, Bottesina, Gerbonte…

les actuels hameaux communaux de Triora, avec des maisons et une chapelle ou de simples villages avec quelques habitations.

En plus de ceux-ci, il y a aussi les hameaux de Brigasco qui ont fait partie de la commune de Triora en 1947 : Realdo, Borniga, Pin, Abenin, Craviti… Bref, il y en a des dizaines. Ils sont nés à une époque récente, même si récente signifie il y a deux ou trois cents ans. Habité dans le prolongement ou à l’occasion des travaux agricoles, souvent lié aux champs semés en montagne ou aux prés à faucher.

Les maisons recherchent l’exposition au soleil, il y a de l’espace, même si le terrain est toujours en pente. Ils ne sont pas empilés les uns sur les autres, même si certains établissements sont plus perchés que d’autres. La maison est simple : une étable pour les animaux, l’inévitable chèvre, un peu de foin, la cave. Un étage avec la cuisine, le cœur chaud. Des pièces voisines ou même un étage pour les lits ou le séchage des denrées alimentaires.

En savoir plus

Pensez à un monde sombre, sans électricité, dépendant du bois et de la source la plus proche. Le jour et la nuit ne sont pas silencieux. Ils vivent des sons de la nature. Le vent, les cris des oiseaux. A proximité, des renards aboient. Il y a eu des loups, ils étaient éteints et sont revenus. Il y a eu des ours, les cerfs reviennent. Les belettes et autres prédateurs d’animaux de ferme courent furtivement, surtout la nuit. Les blaireaux et les hérissons sont souvent sur le sentier. Le sanglier est désormais présent partout. Il est difficile de ne pas voir ses traces. Les chamois se déplacent en troupeaux à haute altitude, les chevreuils sortent des bois la nuit en été pour brouter les herbes tendres.

Dans le passé, la présence humaine était forte dans ce monde et la concurrence avec les animaux était importante pour la recherche d’espace et de nourriture. Aujourd’hui, il y a moins d’humanité et nous devons approcher la nature avec une attention silencieuse. Même en vivant ou en visitant les colonies de la région. De la pierre, beaucoup de bois, ce dernier surtout en terre brigasque.

Le temps s’est arrêté, arrêtons-le nous aussi. La mystérieuse alchimie entre l’homme et la nature doit être explorée ici.