Ville

Ici, chaque pierre a une histoire à raconter

3

La visite du système muséal de Triora ne consiste pas seulement à découvrir l’exposition éducative, mais aussi à vivre l’expérience de Triora et de son territoire. On peut entrer dans la ville principale, visiter les petits établissements situés dans une zone montagneuse qui semble sans limites. La pierre, comme le bois, est le protagoniste.

La pierre peut être vue, touchée et nous parle. Le bois soutient, protège et divise. Du bois pour les sols, pour les fenêtres et les portes, dont certaines sont très anciennes. Les survivances liguriennes. Ce qui est bon ne peut être changé. La pierre a une valeur symbolique totale. Ici, on connaît la pierre et surtout l’ardoise locale.

Utilisez ces lignes pour une préparation à la découverte d’un trésor. Vous avez un terrain de jeu constitué par les quartiers : vous visitez les musées, vous entrez dans Triora par la Porta, puis vous pouvez monter à la Cima. Vous rencontrerez les plus importantes demeures. Autres bâtiments uniquement sur la Cima.

Puis se perdre en descendant dans la Camurata et le Sambughéa. La Camurata indique la zone bâtie défendue par des murs. Allez jusqu’au Poggio, qui s’avance vers la vallée de l’Argentine. Il y a des trésors à chercher. Croisement de rues à arcades. Les maisons sont basées six ou sept étages plus bas.

En savoir plus

Le passage du Cappuccino vaut le voyage. Les citernes et les fontaines ont six cents ans et il y en a trois dans le village. Le trésor à chercher se trouve dans les portails de pierre. Nous commençons par ceux qui ont au moins huit cents ans et arrivons au modèle simple en ardoise avec des jambages et une architrave lisses.

Il existe un certain nombre de portails archaïques qui ont été murés, car les maisons ont changé au fil des siècles. Il y a des portails et des fenêtres dont l’architrave se distingue par une gravure centrale en pointe, qui rappelle un modèle de la Provence voisine. Il y a des portails avec le trigramme YHS, qu’on connaît bien à Triora car saint Bernardin de Sienne l’a montré ici en 1418. D’autres avec l’Agneau de Dieu, le symbole de St Jean Baptiste. Il y a des reliefs avec des fleurs, avec les visages des propriétaires, avec des livres et des objets, le soleil et la lune, des personnages barbus, tous arcanes et mystérieux. Les inscriptions étaient destinées à des personnes de grande culture. Pour protéger la maison ou indiquer clairement qui l’habite. Regardez les montants des portes : vous y trouverez souvent des gravures anciennes : personnes, symboles, objets, noms et dates.

C’est un monde vivant de pierre, qui reflète les types de maisons. On y trouve toutes les maisons historiques de la Ligurie montagneuse. Des maisons médiévales qui sont restées avec leurs trois étages d’origine, des maisons de conseil construites les unes dans les autres, des palais de la haute société avec plus de dix pièces. Une ville où travaillaient des maçons locaux ainsi que des tailleurs de pierre et des maçons lombards, les maîtres antelami.

S’ils sont venus de la région du lac de Côme, ils ont sans doute été attirés par les remarquables possibilités offertes par un monde montagneux, mais exigeant et riche en culture et en ressources naturelles.

3

Le réseau routier historique : marcher comme autrefois, comme autrefois

Vous pouvez prendre une ancienne carte du territoire de Triora. Qu’elle ait 200 ou 400 ans ne change pas grand-chose. Les routes sont celles choisies et entretenues au fil des siècles. L’homme d’autrefois, avec sa mule, aimait le chemin le plus rapide, même s’il était raide, car il était un bon marcheur. Le défi est là, pour nous, aujourd’hui.

Cette carte nous montre au moins huit routes historiques, pavées de pierres, qui sortent du village de Triora. Des passages qui ont des milliers d’années. Ceux nécessaires pour aller vers la mer, pas par hasard avec la chapelle de la Madonna del Buon Viaggio en dessous du village. En général, cependant, vous allez vers le haut. Le réseau de liens est comme une toile d’araignée qui atteint chaque village, petit ou grand. À grande échelle, c’est comme un ventilateur. Si vous montez à droite, en regardant Corte, vous vous retrouverez sur la route sous les pâturages du Monte Fronté.

Sur la gauche, vous rencontrerez des villages tels que Bregalla, Creppo, vers le Molino di Verdeggia, et ensuite sur la terre de Brigasca, qui signifiait autrefois « aller à l’étranger » à Triora. C’est une grande route pastorale. Dans le centre, il monte en pente raide, vers les monts Trono et Pellegrino.

C’est là que se situe le mystère historique des origines et de la protection de la Communauté, où les gens se rendent en procession le deuxième dimanche après Pâques, pour un vœu religieux qui cache un mythe bien plus ancien. Nous atteignons le col de la Garlenda. Garlenda, terme provençal, franc, waron : la couronne des montagnes de Triora qui permet de se rendre dans les prairies de Tanarello, pour les bergers et penser au Piémont pour ceux qui commercent, voyagent, partent à l’aventure. Comme vous, comme tout le monde.

3

Terre Brigasque

Depuis le 12 octobre 1947, le territoire municipal de Triora comprend également une partie de ce qui était autrefois la municipalité de Briga Marittima. Donc : ville principale, Briga, maintenant en France. Realdo et les environs proches des Alpes, du côté maritime, pour Triora et d’autres centres du Piémont, pour former la commune de Briga Alta.

Être Brigaschi ne signifie pas être de Triora. Il y a une différence. En outre, les Brigaschi sont présents au-delà de la terre des Brigasca. Par exemple, le nom de famille le plus courant dans la province d’Imperia est « Lanteri ». Les Lanteri, comme les Pastorelli ou les Dani, sont des noms de famille brigasques. Ainsi, un territoire politiquement divisé, aujourd’hui plus uni dans le contexte européen de dépassement des frontières, mais en même temps composé d’une grande attention à l’unicité culturelle.

En effet, le territoire brigasque est regroupé autour de hautes montagnes, de plus de 2000 m. Mais « les montagnes s’unissent », comme le dit le proverbe provençal. Être Brigasque, c’est parler un idiome alpin ligure et avoir vécu les événements économiques et historiques, pastoraux, commerciaux et architecturaux communs d’un fief de montagne, enclavé : cela semble impossible pour une région que tout le monde identifie à sa mer. Et pourtant, dans le passé, les perspectives étaient différentes.

En ce qui concerne la culture Brigasca, la Commune de Triora est référée à la minorité occitane selon la loi du 15 décembre 1999, n. 482, Norme in materia di tutela delle minoranze linguistiche storiche.

3

Dialecte en Triora

La municipalité de Triora n’a pas une très forte densité de population. Il est vrai que de nombreux habitants des grandes villes de la côte sont originaires d’ici.

Il existe également deux dimensions linguistiques sur le territoire, celle de Triora et celle de la région de Brigasca. Le dialecte de Triora doit être considéré avec ses transformations, en relation avec la réduction du nombre de personnes le parlant. Mais il est bon d’en connaître une partie, car les lieux que vous découvrirez en visitant Triora et son environnement naturel sont identifiés par des noms dialectaux, bien qu’italianisés.

A Triora, on définit un dialecte alpin ligure très caractéristique. L’empreinte fortement ligurienne est également liée au contrôle génois sur la région, qui a débuté il y a 800 ans. Parmi les curiosités à retenir, on trouve un grand nombre de proverbes, directement liés à l’observation attentive du paysage et de la nature.

Un autre signe distinctif très émouvant était l’indication du lien du mariage. Le mari et la femme étaient une seule et même personne. Si la femme parlait de son mari, elle utilisait un double pronom :  » nuie(r) « , signifiant  » nous-lui « , et le mari faisait de même pour  » nuiela « , signifiant  » nous-lui « .

Enfin, Triora doit être considérée comme une ville, avec des différences historiques entre les quartiers. Ces différences s’exprimaient également dans le dialecte : les quartiers « populaires » de Sambughea, Camurata et Poggio utilisaient des termes différents, notamment pour les objets et le mobilier de la maison, s’il y en avait, que les riches de Cima et Porta.

En outre, les localités isolées avaient leurs propres déclinaisons dialectales spécifiques.